17 mars 2014

L'abyssin - Jean-Christophe RUFIN


ce qu'en dit l'éditeur :

«Quelque chose, pourtant, lui disait qu’il pouvait réunir l’inconciliable, c’est-à-dire ne renoncer ni au désir qu’il avait de connaître l'Abyssinie et de s’y illustrer, ni à la tentation de conquérir l’inaccessible Alix de Maillet, dont tout en lui proclamait qu’elle n’avait été créée que pour le rencontrer et le rendre heureux.
“Voilà, pensa-t-il, c’est exactement cela. Il y a entre elle et moi d'extraordinaires obstacles ; seules d’extraordinaires circonstances peuvent les surmonter. Si j’étais resté au Caire, je ne l’aurais jamais vue, jamais approchée et rien n’aurait été possible. Mais la mission qui m’est confiée, en me faisant affronter de grands périls, peut m’assurer en retour un grand triomphe. Je vais en Abyssinie, je guéris le Négus, je reviens avec l’ambassade qu’on me demande, je l’accompagne à Versailles. Louis XIV me fait noble et le consul ne peut plus me refuser sa fille.”
Il avait cru d’abord, sans enthousiasme, que sa mission servait seulement les desseins du Roi de France et du Pape. Maintenant, il réalisait qu’elle pouvait être aussi l’instrument de son bonheur. La chose devenait autrement sérieuse…»

ce que j'en ai pensé :

699 pages d'aventures ! du vrai romanesque à la Dumas ! J'avais eu un gros coup de coeur pour RUFIN il y a quelques mois (c'est la critique du "Grand Coeur" que j'avais envoyé à Elle pour faire partie du jury !) et quand je suis tombée par hasard sur ce titre en librairie, j'ai craqué ! Et je me suis vraiment fait plaisir, à chaque chapitre, prenant la route du désert avec Jean-Baptiste Poncet, le héros, apothicaire de son état, qui part soigner le Négus, le Roi des Rois au fond de l'Ethiopie. Il y avait tout pour me plaire : l'orient, Louis XIV en son grand siècle, de grands chapeaux et des épées...et l'érudition de JC RUFIN, son vocabulaire ciselé, précis (j'apprends de nouveaux mots et c'est un délice !) et la perspective d'une nouvelle aventure :





Les couvertures version Folio sont très jolies et me rappellent les orientalistes.

3 commentaires:

  1. Je te conseille "Rouge Brésil" (si tu ne l'as pas déjà lu), tu devrais également aimer!

    RépondreSupprimer
  2. Un auteur qu'il faut absolument que je découvre.

    RépondreSupprimer
  3. le prochain sera donc "Rouge Brésil" ;o) merci Fleur !!
    oui, Valérie, un auteur qui manie la langue française avec délicatesse, poésie, etc..à tester, pour voir !

    RépondreSupprimer