30 juillet 2016

Il n'y a pas de passé simple - François-Henri SOULIÉ

Editions du Masque
Parution : 30 mars 2016
320 pages
Prix du premier roman du Festival de Beaune 2016

Ce qu'en dit l'éditeur :
Journaliste stagiaire au  Courrier du Sud-Ouest, le jeune Skander Corsaro réalise un reportage culturel sur l’abbaye cistercienne de Morlan. Quarante-huit heures après la parution de son article, un  cadavre est retrouvé au pied d’un échafaudage, dans la grande nef.
Skander Corsaro est alors pris dans un engrenage infernal dont le premier rouage remonte à l’Occupation nazie… À moins que tout n’ait commencé encore bien plus tôt, en 1789, par l’assassinat du dernier prieur de l’abbaye ?  Peut-être que Blb, le poisson jaune de Skander, connaît la solution. Ce serait tellement rassurant si les poissons savaient tout comme dans la chanson d’Iggy Pop…


Né en 1953, François-Henri Soulié est écrivain, comédien, marionnettiste, scénographe, metteur en scène, scénariste.

Ce que j'en ai pensé :
Quelle bonne surprise que ce roman policier qui m'a d'abord attirée par sa couverture ! Et quand se sont ajoutés les mots "abbaye", "meurtre" et "trésor", j'ai deviné que j'allais me régaler ! 

Pourtant au ton des premières phrases, j'ai eu peur de retrouver tous les travers que j'avais déplorés dans le roman de Brigitte Aubert il y a quelques jours : sarcastique, enjoué façon canaille...Pour finalement accrocher à cette narration impertinente, pleine d'humour mais très cultivée !

Les personnages sont sympathiques (de Skander l'apprenti-journaliste à son pote Tonio, franchement gay) mais leurs rapports avec les autres protagonistes, dont certains très fachos sont à vomir, enrichissent ce roman et explorent quelques unes des situations contemporaines qui forcent à réfléchir... C'est donc sur ces personnalités que se joue cette partition policière plus que sur le fameux trésor et c'est savoureux !

De l'humour donc, un peu de réflexion sociétale, et un auteur à suivre !
 

2 commentaires:

  1. il a eu le premier prix au Festival de Beaune et ton aval .. deux bons signes !

    RépondreSupprimer