17 janvier 2017

Génération - Paula McGRATH

Editions de la Table Ronde - Quai Voltaire
Parution : 12 janvier 2017
240 pages
Titre original : Generation
Traduction : Cécile Arnaud
Ce qu'en dit l'éditeur :

Joe Martello est le propriétaire d'une ferme au cœur de l'Illinois – de ces grandes fermes bio où se croisent travailleurs clandestins et jeunes wwoofeurs venus d'Europe. C'est par une copine de bureau qu'Áine entend parler de ce trentenaire mal léché. Quelques échanges par Skype plus tard, elle se décide à le rejoindre pour passer un été loin du carcan de sa vie de jeune mère divorcée dans sa province irlandaise. Et tant pis si elle doit emmener sa petite Daisy. Mais, sur place, rien ne se passe comme prévu. Joe et la ferme sont remplis d'ombres – et pas seulement celles des chauves-souris qui pullulent au grenier : une mère prof de piano qui a noyé dans les kilos le souvenir des cris nazis, son petit élève prodige germano-japonais, une ancienne camarade de fac que Joe n'a pas l'air enchanté de revoir... Le jour où elle met la main sur un ordinateur caché, Áine comprend qu'elle doit rentrer au plus vite en Irlande. Des années plus tard, sa fille partie à Chicago sur les traces de son grand-père fera de nouveau tourner ce kaléidoscope de trajectoires brisées...
Construit comme un film choral, Génération est de ces romans qui vous maintiennent en alerte. Partant des traumatismes et des tabous que chaque génération lègue à la suivante, Paula McGrath bâtit un hymne à la jeunesse et au renouveau.


Paula McGrath est née en Irlande en 1966. Elle est diplômée d’un Master of Fine Arts de l’université de Dublin et enseigne le creative writing à l’université de Dublin et à la Big Smoke Writing Factory. 

Ce que j'en ai pensé :

De 1958 à 2027, de l'Irlande aux USA ou au Canada, ce premier roman déroule une galerie de portraits, apparemment sans liens entre eux : des personnages singuliers et attachants, de Aine et sa fille Daisy qui arrivent dans une ferme bio du Midwest dirigée par Joe, un drôle de type franchement cradingue et accro aux pétards, ou encore Kane et sa mère japonaise.
L'histoire d'Aine et de sa fille aurait pu à elle-seule être la substance de ce roman, on les quitte à regret, il y avait de quoi en effet nourrir plusieurs chapitres.

C'est un roman sur la migration (trouver une nouvelle vie ailleurs, meilleure si possible, en tout cas moins terne) mais surtout sur la fuite, sur la quête de soi et la recherche d'identité au travers parfois de la généalogie.

La narration est douce et pourtant incisive, elle explore les rapports mère/enfant (protection, transmission du passé, espoirs) et les modèles familiaux dans leurs fragilité (famille monoparentale, divorce).

NB : Marie-Claude fait bien d'en parler dans les commentaires : le premier chapitre est un brin déconcertant avec l'emploi du "tu" narratif. C'est le seul chapitre concerné, celui qui évoque la migration originelle, celle du mineur irlandais. Le reste du roman est écrit à la troisième personne du singulier.
Un premier roman très réussi !



5 commentaires:

  1. Très tentant... Je viens de lire un extrait sur le site de Quai Voltaire. Dis-moi, est-ce que tout le roman est écrit au «tu», comme dans le premier chapitre?

    RépondreSupprimer
  2. Merci du tuyau, je ne l'avais pas remarqué celui là

    RépondreSupprimer