4 avril 2017

Une putain d'histoire - Bernard MINIER

Editions Pocket
Parution : 12 mai 2016
600 pages


Ce qu'en dit l'éditeur :

« Au commencement était la peur… »

Hors des flots déchaînés, une main tendue vers le ciel. Un pont de bateau qui tangue, la pluie qui s’abat, et la nuit… Le début d’une « putain d’histoire ».
Une histoire d’amour et de peur, de bruit et de fureur. L’histoire de Henry, 17 ans, que le meurtre de sa petite amie plonge dans l’enfer du soupçon. Sur son île, Glass Island, battue par les vents, cernée par la brume 360 jours par an et uniquement accessible par ferry, tout le monde connaît tout le monde, jusqu’au plus noir de ses secrets. Ou du moins le croit-on.
 
Quand la peur gagne, la vérité s’y perd…



Ce que j'en ai pensé :

Ne cherchez pas Servaz dans ce thriller, l'histoire qui est tissée sous les yeux du lecteur ne le concerne pas ! 
L'auteur nous emmène cette fois au nord-ouest des USA (entre Seattle et Vancouver) à la suite d'un ado de seize ans (et non 17 comme indiqué dans le résumé de l'éditeur) dont la petite amie a été assassinée.
 
Un gamin bien sous tous rapports, passionné par les films d'horreur et par la musique de Nirvana, bien intégré au lycée au milieu d'une bande de copains.

Sauf qu'il a été adopté (et s'interroge un brin sur ses origines) par deux lesbiennes et qu'il a l'absolue interdiction d'apparaître sur les réseaux sociaux…

Entre caïds sanguinaires, flics sans doute corrompus, secrets et maître-chanteur, et surtout Big Brother qui veille, le thriller de Bernard Minier prend un tour inattendu ! 

Et pour une fois, je n'ai rien vu venir ! (ce qui veut dire aussi que l'opus est sacrément retors!) !!

Narration tendue, ambiance très glauque et violente par moments, intrigue fine, personnages convaincants, BANCO !

(et dire que jusqu'il y a 2  mois je snobais les polars de cet auteur !....)

2 commentaires:

  1. Comme quoi certains auteurs peuvent nous faire changer d'avis sur leur compte, c'est rassurant ;)

    RépondreSupprimer
  2. je trouve la couverture affreuse - si tu n'avais pas décrit l'histoire, j'aurais cru à un roman fantasy et non un polar et je n'aime pas le titre. Je connais bien les îles dans cette région cependant, c'est magnifique ! Je passe mon tour (ma pal me remercie!)

    RépondreSupprimer